«

»

Nov 08 2012

En route vers le Mont Fuji

6 novembre 2012 – Journée pluvieuse

8h00 au réveil, la pluie s’est intensifiée, nous ne pédalerons pas aujourd’hui! En lieu et place, nous errons à proximité de la gare où nous rencontrons une sympathique japonaise, interpellée par notre vélo. Elle parle anglais, la discussion est plus facile. Puis nous trouvons refuge dans un café afin de bénéficier d’une connexion internet. Nous profitons de ce temps libre pour tisser sur la toile le récit de notre périple.

De 2012-11-06_TSL_Hachioji

Mais après quelques heures, la faim nous gagne et comme l’excellent restaurant de la veille n’est pas très loin, nous nous y rendons à nouveau. Nous sommes une fois encore, très bien accueillies et le repas est un régal. L’expérience des gyozas est renouvelée mais d’autres mets surprises nous attendent…

De 2012-11-06_TSL_Hachioji

Quelques photos avec la fille des restaurateurs qui semble admirative du tandem…

De 2012-11-06_TSL_Hachioji

…et nous retournons dans le centre de Hachioji à la recherche d’un lieu tranquille ou d’un autre café wi-fi et avancer dans nos recherches de couchsurfing pour trouver un lit pour la nuit. Nous attendons une réponse jusqu’à 21h00 en vain, aucune positive pour ce soir. Comme la nuit précédente, nous dormirons dans un hôtel mais cette fois-ci nous ne pourrons veiller sur notre tandem qui restera dehors. C’est donc avec une légère appréhension que nous le laissons tout seul!

7 novembre 2012 – Direction les montagnes…

Afin de quitter l’hôtel dans les temps, réveil à 8h00 pour un petit déjeuner dans la chambre et c’est reparti pour quelques tours de pédales… Panne sèche, nous devons nous réaprovisionner en nourriture et en liquide (argent), pour celà les 7 eleven sont idéaux et ouverts non stop! Nous pouvons repartir sereines mais sommes interpellées par une japonaise qui nous propose de dormir chez elle.

De 2012-11-07_En_route_vers_Mont_Fuji

Nous aurions été ravis de la rencontrer la veille, ce ne sera donc pas pour cette fois puisque nous quittons Hachioji afin de nous rapprocher du Mont-Fuji.

L’itinéraire nous emmène enfin vers de petites routes, pour rejoindre progressivement la campagne japonaise mais aussi les cols de moyenne montagne. En quelques kilomètres le dénivelé s’accentue vraiment (+ de 10% de pente) et la force nous fait défaut. Nous posons pied à terre à plusieurs reprises afin de pousser le vélo mais le poids des saccoches et de la remorque devient lui aussi difficile à pousser. Nous optons alors pour le portage de la remorque afn d’alléger quelque peu le vélo…

De 2012-11-07_En_route_vers_Mont_Fuji

… mais après 30 minutes celà devient également très lourd, nous décidons donc de faire du stop dès qu’un véhicue se présente. La première tentative sera la bonne, en plus, il s’agit d’une petite camionnette dans laquelle nous chargeons le vélo et les bagages sans problème. Nous gagnons donc en voiture le sommet du col de Tarumizu qui n’était plus qu’à 1,5 km! Après quelques photos avec notre sympathique chauffeur…

De 2012-11-07_En_route_vers_Mont_Fuji
De 2012-11-07_En_route_vers_Mont_Fuji

…nous laissons notre vélo sur place afin d’effectuer une petite randonnnée qui nous ménera au point culminant avec une vue en 360°C. Le ciel est dégagé, la vue sur les montagnes et le Mont Fuji est imprenable.

De 2012-11-07_En_route_vers_Mont_Fuji
De 2012-11-07_En_route_vers_Mont_Fuji

Nous profitons donc de ce cadre idyllique pour pique-niquer à la japonaise avec quelques crudités et nouilles sautées sans oublier de petits gâteaux à la farine de riz et aux haricots rouges que nous apprécions en guise de dessert et dont nous sommes friandes.

De 2012-11-07_En_route_vers_Mont_Fuji

Mais l’heure de redescendre approche, nous quittons alors avec de belles images en tête ce site remarquable. Les escaliers sont nombreux et n’arrangent en rien la douleur au genou de Céline. Avant de reprendre notre vélo, nous faisons une petite pause afin d’appliquer un peu d’huile essentielle de Gaulthérie sur le genou de Céline et utilisons notre bois d’armoise afin de faire un peu de moxibustion (technique de chauffe des points d’acupuncture) sur les points douloureux. Merci Eric!

Avec la nuit, le froid tombe, nous avons hâte de rejoindre une petite ville. Nous faisons donc escale à Uenohara. Nous avons désormais l’habitude à chaque escale de repérer les réseaux wi-fi, nous sillonnons donc chaque rue avant de trouver une connexion internet. Habituellement, nous faisons en sorte d’être à proximité d’un lieu dans lequel se tenir à l’abri mais là c’est impossible! Nous nous installons donc sur un petit banc à proximité d’une entreprise avec une couverture sur les jambes et emmitouflées dans nos parkas, gants, bonnets, nous mettons en ligne de nouveaux articles pour le blog. Après 2h de net, le froid et la faim se font ressentir, nous mettons les voiles et rentrons dans le premier restaurant qui nous parait agréable.

Difficile de se faire comprendre car les menus ne comportent aucune image. Mais le téléphone de la serveuse nous aidera dans nos échanges grâce à son traducteur. Il s’agit d’une cuisine familiale qui nous régalera une fois encore. Puis au fil de la soirée, le restaurateur et son épouse nous interrogent intrigués par notre vélo ; à notre tour, nous les interrogeons quant à un éventuel emplacement où planter notre tente pour la nuit. Ne sachant pas ou nous orienter, ils nous proposent de la planter dans leur jardin. Nous nous empressons donc de finir nos assiettes pour partir avec la patronne. Ne pouvant emmener notre vélo, il passera la nuit dans la salle de restaurant!

A notre arrivée, Michko nous propose de prendre une douche. Dans un premier temps, nous déclinons la proposition ne comprenant pas très bien de quoi il s’agit puis nous finissons par accepter. Nous profitons du luxe de cette maison et ne monterons finalement pas notre tente puisqu’une chambre nous attend! Nous passerons la soirée bien au chaud à discuter à travers un traducteur sur internet et regagnerons tardivement de bons petits lits douillets.

8 novembre 2012 – Fuji Youpi !

Après une courte nuit de sommeil et pour ne pas déranger, nous nous levons à 6h30, nous saluons donc les enfants avant qu’ils partent à l’école et prenons un petit déjeuner de princesse avec Mitchko et Mitzaia.

De 2012-11-08_Vers_Fuji_Yoshida
De 2012-11-08_Vers_Fuji_Yoshida

Le parcours tracé initialement aurait de nouveau dû nous emmener vers de petites routes, mais après discussion avec nos hôtes , il semble que nous risquons de pousser le vélo à de nombreuses reprises si nous empruntons cet itinéraire. Nous choisissons donc un trajet plus direct qui porte Fuji-Yoshida à seulement 42 km… Beaucoup de circulation sur cette route mais elle nous permet d’avancer rapidement. Les paysages défilent, l’activité sismique et volcanique du pays se reflète dans la nature au travers du relief tortueux des montagnes.

De 2012-11-08_Vers_Fuji_Yoshida

Au détour d’un virage, le Mont-Fuji surgit, majestueux, sur fond de ciel bleu…

De 2012-11-08_Vers_Fuji_Yoshida

On le surnomme Monsieur Fuji tellement ce volcan exceptionnel suscite l’admiration, il culmine à 3 776 m ce qui en fait la plus haute montagne du Japon et son emblème. Il serait rentré en éruption 18 fois, la dernière datant de 1707. Aujourd’hui le Mont Fuji ressemble à un volcan endormi, ce n’est qu’une impression car ce stratovolcan ne serait pas tout à fait éteint. Même si les risques d’éruption apparaissent faibles, le Mont Fuji est sous surveillance constante.

Les 10 derniers kilomètres vers notre destination ne sont que montée… avec certaines pentes à plus de 7%.

De 2012-11-08_Vers_Fuji_Yoshida

Nous atteignons Fujiyoshida autour de 15h et après une bonne séance d’étirements au pied du Mont-Fuji, nous mettons en quête d’un petit restaurant, si possible avec Internet. Ce soir là nous en trouverons un qui nous servira des udons.

De 2012-11-08_Vers_Fuji_Yoshida
De 2012-11-08_Vers_Fuji_Yoshida

Nous croisons la route d’un jeune cycliste malaisien, surpris par notre monture originale, qui nous donnera un bon plan pour dormir, les internet café ouverts 24h/24h, qui proposent souvent une salle pour un prix modique d’environ 12€ par personne. Nous prenons bonne note de cette information car pensons que la nuit à plus de 750m d’altitude risque d’être fraîche…

Malheureusement, pas de cyber-café d’ouvert non stop à cette époque de l’année. Il est 21h, nous ne savons pas où nous allons dormir mais restons sereines et confiantes. Dans le pire des cas nous plantons notre tente sur un coin de verdure. Nous décidons de nous diriger aux abords du lac Kawaguchi qui nous parait être le lieu idéal au pied du Mont Fuji. Mais en route nous passons devant un restaurant ouvert 24/24h, Céline se renseigne, il est possible de rester toute la nuit. Changement de programme donc, nous passerons la nuit au chaud semi couchées sur des banquettes avec un fond musical qui nous bercera (enfin pas vraiment…) !

(3 commentaires)

  1. Lisbougnette

    Vos photos sont magnifiques! continuez de nous faire rever (mais la recherche d’un peu de wi fi ne doit pas etre une obsession, il faut profiter!). Ces plats mettent tous l’eau à la bouche, et je ne croyais pas les japonnais si accueillants.
    Et vous allez revenir avec des cuisses en beton armé!
    bises

  2. stef et ricou

    Bravo super photos encore on s y croirait presque…
    Par ici RAS, ce WE course a ST clair, pour changer un peu et dans 15 jours Saintelyon.. aie aie aie…
    Grosses bises, on prend toujours plaisir a vous lire…
    Stef

  3. Gigi

    Les photos sont sublimes. C’est passionnants et les restaurateurs semblent être des bons plans hébergements. Bon courage pour la suite.
    Après le Japon vous partez où?

    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *