«

»

Nov 21 2012

De Pakiri à Waipu

Mercredi 21 novembre 2012

Au réveil, le temps est mitigé. Le soleil joue à cache-cache et finit par laisser place aux nuages capricieux. La pluie nous accompagne donc toute la journée, pendant laquelle nous empruntons de nombreuses pistes.

De 2012-11-21_Pakiri_Waipu
De 2012-11-21_Pakiri_Waipu

Après une quarantaine de kilomètres, nous décidons de faire une pause dans une pizzeria afin de nous tenir au chaud. Le temps du repas nous permet de sécher un peu.

Mais au moment de repartir, nous nous apercevons que le frein avant est bloqué. Nous essayons de faire tourner la roue, mais le disque accroche. Alors, à l’aide d’une clé alen, nous desserrons 2 vis mais cela n’est pas suffisant, nous en dévissons une troisième. Malheureusement, ce sera celle de trop puisqu’en actionnant la poignée de freins afin d’équilibrer les disques et plaquettes, un liquide s’écoule de l’étrier. Trop, impossible de faire marche arrière, nous n’avons désormais plus du tout de frein avant. Nous demandons l’aide d’un commerçant qui malheureusement ne peut pas grand chose pour nous et il en est de même pour le garagiste qui ne dispose pas du matériel approprié.

De 2012-11-21_Pakiri_Waipu

Nous reprenons donc la route avec prudence dans les descentes, puisque nous ne pouvons compter que sur le frein arrière. Nous rejoignons la ville de Waipu afin de prendre un bus le lendemain ou le surlendemain pour Whangarei dans le but de trouver un magasin de vélo à même de réparer notre tandem.

Les 2 campings de Waipu étant trop éloignés du centre, et vue la pluie de la journée, nous portons notre choix sur un « hôtel backpackers » (auberge de jeunesse, gîte d’étape). La gérante est absente mais nous pouvons la joindre par téléphone. Elle nous dit de nous installer comme chez nous. J’en profite pour rincer quelque peu la remorque et le vélo mais ne veille pas aux moustiques qui rôdent. Ce n’est qu’une fois à l’intérieur que je constate les multiples piqûres sur mes jambes. Nous profitons ensuite de tout le confort pour cuisiner un peu et utiliser Internet pour contacter nos familles sur Skype.

Vers 23h, la gérante nous salue, nous lui expliquons rapidement que nous avons un frein endommagé et que nous devons le faire réparer. De suite, elle téléphone à une amie qui pourrait peut-être nous emmener le lendemain à Whangarei vers 8h30. Cela nous éviterait de prendre le bus.

Parcours du jour :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *