«

»

Avr 15 2013

Fin du périple en Nouvelle-Zélande – De l’île du Sud à l’île du Nord…

Du 1er au 15 avril 2013

Après la nuit orageuse que nous venons de passer, nous profitons des quelques rayons de soleil du matin.

De Cameron_Flat_Haast

Nous faisons sécher la tente et à nouveau un peu de bricolage car nous devons changer le rayon cassé la veille. Suite à ces petites tâches qui maintenant nous sont familières, nous plions le camp et pédalons quasi sans interruption jusqu’à Haast.

De Cameron_Flat_Haast

La route emprunte aujourd’hui un circuit vallonné et sinueux, parsemé de torrents et de multiples cascades magnifiques.

De Cameron_Flat_Haast

A notre arrivée à Haast, nous sommes interpellées par nos amis bretons Mathieu, Charlotte et Marianne. Nous les retrouvons donc au camping et passons ensemble une soirée agréable. Mathieu profite de la cuisine pour nous refaire du pain et s’occupe avec Charlotte de l’apéritif. Quant à nous, nous nous chargeons des desserts : un fondant au chocolat pour le soir et un saucisson au chocolat pour le lendemain. En bonne Auvergnate, je prépare pour notre repas des râpées de pommes de terre auxquelles j’ajoute aussi une petite courgette râpée et deux belles gousses d’ail. Tous nos repas ne sont pas aussi riches, mais il est vrai que dès que nous le pouvons nous régalons notre gourmandise, d’autant plus après des grosses journées de vélo.

Après une nuit plutôt fraîche et humide, nous démontons la tente afin de la faire sécher puis rangeons toutes nos affaires. En effet, aujourd’hui nous déménageons pour l’auberge de jeunesse à proximité car vue la météo plutôt maussade nous souhaitons profiter de notre journée de repos pour avancer sur le blog.

Après une bonne journée de travail informatique et sur ma lancée en cuisine, nous mangeons ce soir de délicieuses crêpes aux petits légumes et en dessert bien sûr des crêpes chocolatées. Nous avons toutes deux perdu l’habitude de travailler derrière nos écrans et sommes épuisées!

Au réveil, les prévisions météorologiques pour la matinée n’ont pas menti et la pluie annoncée pour la matinée est bien présente. Nous nous adaptons alors et décalons notre départ d’Haast en début d’après-midi. Nous allons nous mettre à l’abri dans un café et savourons un bon chocolat chaud. Vers 13h la pluie ayant cessé, nous allons voir nos 3 compagnons bretons pour les informer que nous partons pour une cinquantaine de kilomètres afin de rejoindre le camping DOC du lac Paringa. N’étant pas convaincus par les prévisions météo de l’après-midi, ils préfèrent pour leur part rester sur Haast une journée supplémentaire. Après quelques kilomètres, le ciel se dégage et le soleil nous accompagne tout au long de la route. Nous pensions longer la côte en remontant par l’ouest mais finalement la majeure partie de la route est située au milieu des forêts de pluie. Un joli point de vue nous permet quand même d’admirer cette fameuse côte ouest.

De Haast_Lake_Paringa
De Haast_Lake_Paringa
De Haast_Lake_Paringa

A notre arrivée au camping DOC du lac Paringa, nous sommes émerveillées par la beauté des lieux. Nous plantons rapidement notre tente dans l’herbe détrempée par la pluie.

De Haast_Lake_Paringa

Nous apprécions vraiment le site et en profitons jusqu’à la tombée de la nuit.

Au petit matin, nous sommes réveillées par la fraîcheur. La brume présente au-dessus du lac rend ce début de matinée magique.

De Lake_Paringa_Fox_Glacier
De Lake_Paringa_Fox_Glacier
De Lake_Paringa_Fox_Glacier
De Lake_Paringa_Fox_Glacier
De Lake_Paringa_Fox_Glacier

Dés le lever du soleil, nous nous réchauffons rapidement. Nous ne levons le camp qu’en fin de matinée pour 70 kilomètres afin de rejoindre Fox Glacier. Sur la route, nous profitons d’un drive-in pour acheter du miel.

De Lake_Paringa_Fox_Glacier

Puis, en chemin, nous croisons un néo-zélandais qui parcourt le monde depuis plus de 2 ans, avec au compteur plus de 33000 kilomètres. Respect ! Il nous reste encore un peu de chemin à parcourir. Quelques jours auparavant, il a croisé un couple de français avec le même vélo que le nôtre. Nous pensons qu’il s’agit du couple avec qui Pierre et Pierrette ont voyagé dans l’île du Nord.

Effectivement, quelques kilomètres plus loin, nous voyons arriver un tandem avec un drapeau immanquable du Tibet. Frédéric et Juliette voyagent en tandem depuis septembre et comptabilisent environ 5000 kilomètres.

De Lake_Paringa_Fox_Glacier

Leur passage en Amérique du Sud a marqué leur Pino qui semble avoir déjà vécu. Etant très bavards, après une heure passée au bord de la route, nous décidons de profiter de cet arrêt pour déjeuner ensemble.

De Lake_Paringa_Fox_Glacier

Lorsque nous reprenons la route, nous longeons la mer Tasmane sur quelques kilomètres…

De Lake_Paringa_Fox_Glacier
De Lake_Paringa_Fox_Glacier

…pour ensuite s’en éloigner à nouveau à travers les forêts de pluie.

De Lake_Paringa_Fox_Glacier

Ce n’est qu’en toute fin de journée que nous gagnons Fox Glacier où nous dormons dans une auberge de jeunesse.

Le matin, nous libérons rapidement la chambre afin de nous rendre au pied du glacier.

De Fox_Glacier_Franz_Josef_Glacier
De Fox_Glacier_Franz_Josef_Glacier

Nous empruntons une piste cyclable sur quelques kilomètres au milieu de la forêt, puis marchons un peu plus d’un kilomètre pour arriver au point de vue sur le glacier.

De Fox_Glacier_Franz_Josef_Glacier
De Fox_Glacier_Franz_Josef_Glacier

C’est assez surprenant ce que la nature peut réaliser d’autant plus que nous ne sommes qu’à 300 mètres d’altitude. Victime du réchauffement climatique, le glacier a reculé de plus de 3 kilomètres depuis 1750. Sur le trajet retour, nous rencontrons Alain et Marie, un couple de jeunes retraités bretons très sympathiques voyageant autour du monde pour un an. Nous échangeons avec eux pendant une bonne heure !

En début d’après-midi, alors que la pluie menace, nous prenons la route pour Franz Josef Glacier. De suite après Fox, nous devons enchaîner 2 bonnes montées, mais après un kilomètre, nous sommes contraintes de nous arrêter car nous avons encore cassé un rayon. Nous le changeons rapidement et repartons sans tarder mais déjà la pluie bat son plein. Elle nous rafraîchit le temps de la montée et nous glace le temps de la descente. Dés le début de la seconde montée, la pluie laisse place au soleil. Lors de la descente sur Franz Josef, nous découvrons avec toujours autant de plaisir, une superbe vue sur des sommets enneigés.

Nous choisissons de séjourner 2 nuits à Franz Josef afin de profiter le lendemain des alentours.

En cette belle matinée, nous partons donc randonner.

De Franz_Josef_Glacier
De Franz_Josef_Glacier
De Franz_Josef_Glacier

Nous empruntons une partie du « Alex Knob Track » qui nous emmène non loin d’un petit lac…

De Franz_Josef_Glacier

puis le suivons jusqu’au premier point de vue sur le glacier.

De Franz_Josef_Glacier

Après 600 mètres d’ascension, essentiellement dans les bois, nous profitons du superbe spectacle offert par la nature.

De Franz_Josef_Glacier
De Franz_Josef_Glacier
De Franz_Josef_Glacier

La descente est plus rapide et nous permet de récupérer rapidement notre vélo et de nous rendre au point de départ des sentiers qui mènent au pied du glacier. C’est alors que nous tombons sur Mathieu, Charlotte et Marianne qui sont arrivés à Franz Josef en fin de matinée ! Nous faisons un bout de chemin ensemble et nous quittons à nouveau non loin de l’auberge de jeunesse sans oublier de les informer du changement d’heure de ce week-end! Cette nuit, nous gagnons en effet une heure de sommeil ! Désormais, le décalage horaire avec la France ne sera plus que de 10 heures.

Réveillées de bonne heure, ce matin nous prenons le bus qui nous emmène à Punakaïki. En route, nous nous rendons compte qu’au moment de charger le tandem que nous avions pris soin de séparer en 2 parties la veille, nous avons oublié notre drapeau. Lors d’un arrêt sur Greymouth, nous nous empressons d’envoyer un mail à l’auberge de jeunesse pour que quelqu’un le remette au chauffeur de bus le lendemain.

De Franz_Josef_Glacier_Punakaiki
De Franz_Josef_Glacier_Punakaiki

Ce n’est qu’en milieu d’après-midi que nous arrivons à Punakaïki. Nous informons alors le chauffeur concernant notre drapeau puis remontons notre tandem afin de nous rendre au camping. Délestées de tout notre chargement, nous nous rendons au bord de la mer Tasmane pour admirer les fameux Pancakes !

De Franz_Josef_Glacier_Punakaiki
De Franz_Josef_Glacier_Punakaiki
De Franz_Josef_Glacier_Punakaiki
De Franz_Josef_Glacier_Punakaiki
De Franz_Josef_Glacier_Punakaiki
De Franz_Josef_Glacier_Punakaiki
De Franz_Josef_Glacier_Punakaiki

La marée étant basse et la mer peu agitée nous ne profitons pas de la vue spectaculaire de l’eau jaillissant au milieu des rochers. Mais ces masses rocheuses sculptées par la mer, la pluie, le vent, l’érosion valaient tout de même le détour.

Le lendemain avant de redescendre plus au sud à Greymouth, la marée étant haute, nous nous rendons à nouveau vers les pancakes mais ne voyons toujours pas de formation de geyser car la mer est calme.

Au moment de partir, nous rencontrons un couple de néo-calédoniens, Jean et Marie, avec lesquels nous discutons un bon moment. Toutes ces rencontres font partie intégrante du voyage et nous les apprécions vraiment.

De Punakaiki_Greymouth
De Punakaiki_Greymouth

Une vingtaine de kilomètres plus loin lors d’une pause afin de recharger nos bidons d’eau, nous croisons deux français à vélo en vacances en Nouvelle Zélande pour un peu plus d’un mois.

Dès notre arrivée à Greymouth, nous nous rendons aussitôt à la station de bus. Malheureusement, pas de drapeau, nous sollicitons alors le chauffeur du lendemain à ce sujet. Mais plus tard dans la journée, nous apprenons que personne à l’auberge de jeunesse n’a pu mettre la main sur notre drapeau. Tant pis pour nous! Ce n’est pas tant le problème du drapeau que celui du système de fixation à bille qui est propre à notre remorque. Et nous ne sommes pas sûres de pouvoir retrouver le même avant notre retour en France.

Etant donné que le lendemain nous prenons le train, Céline en profite pour se renseigner à la gare sur les formalités pour le vélo. Embarquer le vélo à bord d’un bus, d’un train, d’un avion est toujours pour nous un moment d’appréhension, c’est pourquoi lorsque nous pouvons anticiper c’est rassurant. Nous n’aurons pas besoin de le démonter, il y a suffisamment de place dans le wagon à bagages! Cela nous arrange et nous fait gagner du temps au départ ainsi qu’à l’arrivée.

Ensuite, nous nous rendons dans une auberge de jeunesse YHA qui pratique des tarifs intéressants pour les voyageurs en vélo! Une nuit au chaud dans un vrai lit nous coûte au final moins cher qu’une nuit sous la tente en camping. Alors de temps en temps un peu de confort nous fait du bien. De plus, à notre arrivée en cuisine tandis que nous laissons notre bouteille de gaz à moitié pleine dans la « free-food », nous récupérons une bouteille de Sauvignon Blanc. Nous en profiterons pour fêter ce soir nos derniers kilomètres en tandem en Nouvelle Zélande!

En attendant, nous repartons visiter un peu Greymouth et empruntons une piste cyclable qui nous emmène jusqu’au bout du port avec une vue sympa sur la mer Tasmane. Parait-il que de temps en temps, on aperçoit un peu plus au large des bancs de dauphins! Malheureusement pour nous ce ne sera pas pour aujourd’hui…

De Punakaiki_Greymouth

Aussi nous poursuivons sur quelques kilomètres la piste puis regagnons l’auberge. Afin d’apprécier notre bouteille, nous nous cuisinons de bons petits plats. Ce repas fût un régal!

Cette nuit nous partageons le dortoir avec une autre personne. La chambre n’étant pas très grande, nous aurons un peu de mal à dormir à cause de la chaleur!

Encore habituées à l’heure d’été, nous nous levons de bonne heure. De cette façon, nous libérons la chambre sans précipitation.

En quête d’un nouveau porte-drapeau, nous nous rendons dans deux magasins de vélo mais ne trouvons pas notre bonheur! C’est pourquoi nous allons finalement au Warehouse (magasin où l’on trouve de tout) afin de m’acheter un joli petit gilet jaune! Satisfaite de cette nouvelle acquisition, je l’utilise immédiatement afin de rejoindre la gare et d’enregistrer nos bagages.

C’est alors que, peu avant l’arrivée du train, nous recroisons nos 3 bretons préférés qui en ont terminé avec l’étape du jour! Nous discutons un moment, nous nous racontons nos dernières anecdotes mais il est déjà l’heure pour nous de partir. Nous embarquons donc à bord du Transalpin pour 240km d’Ouest en Est qui nous permet de rejoindre Christchurch. Il s’agit, parait-il, d’un des plus beaux trains du monde.

Au début du trajet, le soleil nous accompagne et nous permet d’apprécier les paysages magnifiques que nous traversons.

De Greymouth_Christchurch
De Greymouth_Christchurch
De Greymouth_Christchurch

Mais après le passage du tunnel d’Otira au niveau d’Arthur Pass, le temps n’est plus le même. Le ciel est couvert et les sommets sont sous les nuages. Pour mémo, la construction du tunnel d’Otira débutée en 1907 ne s’est achevée qu’en 1923. Long de 8,6km, il était à l’époque l’un des plus longs tunnels du monde.

De Greymouth_Christchurch
De Greymouth_Christchurch

Nous en profitons pour avancer chacune dans nos domaines respectifs, Céline dans le développement du blog et moi dans l’écriture de nos aventures!

A notre arrivée sur Christchuch, il est plus de 18h, nous récupérons alors notre vélo puis nous renseignons sur l’adresse de l’auberge de jeunesse YHA. Victime d’un tremblement de terre de magnitude 6,3 sur l’échelle de Richter il y a 2 ans, la ville est en pleine reconstruction. Malheureusement la catastrophe avait fait de nombreuses victimes (180 décès) et détruit de nombreux bâtiments et habitations. La reconstruction devrait prendre de 5 à 10 ans. Aussi, la traversée de la ville en pleine nuit parait un peu irréelle avec un mélange d’anciens quartiers démolis et de nouvelles constructions modernes aux normes antisismiques. Le GPS nous donne des indications erronées car il s’appuie sur l’ancien plan de la ville ; du coup nous nous retrouvons face à des sens interdits et des quartiers aux allures fantomatiques. A proximité de l’auberge YHA nous passons à côté d’un ancien bâtiment en cours de rénovation dont l’une des tours a été démontée afin de sécuriser l’opération. A notre arrivée à l’auberge, tout est complet! Mais l’on nous indique une autre auberge à proximité. Malgré le coût élevé de celle-ci, nous acceptons car l’heure tardive et la fraîcheur de la nuit ne nous motivent pas à nous rendre plus loin dans un camping afin de monter la tente. De plus, nous savons que nous allons passer la nuit prochaine à l’aéroport et vraisemblablement pas ou peu dormir.

Dès le lendemain, nous nous rendons à la bibliothèque afin de trouver une connexion wi-fi et nous rencontrons Léo un jeune cycliste français en voyage en Nouvelle-Zélande pour un an. Léo a lui aussi fait un bout de chemin avec Mathieu et Charlotte comme quoi le Monde est vraiment petit!

En début d’après-midi, nous récupérons dans un magasin de vélo les deux cartons que nous avions réservés. A la sortie, une dame nous voyant très embarrassées avec ceux-ci, nous propose de nous emmener à l’aéroport. Nous acceptons et Céline part avec elle et les cartons alors que je continue les quelques kilomètres qui nous séparent de l’aéroport seule en tandem. Laisser nos cartons vides à l’aéroport n’est pas envisageable vus les tarifs pratiqués, nous passons donc toute l’après-midi et la nuit à l’aéroport! En début de soirée, nous démontons le tandem et l’emballons minutieusement. La balance à disposition nous permet de vérifier le poids de chacun de nos bagages. Verdict : 21 kilos pour le premier carton, 20 kilos pour le second et 26 kilos pour la remorque. Nous devrons donc gagner 7 kilos pour notre prochain vol pour le Népal. En effet, nous partons avec Emirates qui n’autorise que 30 kilos de bagage par personne, vélo compris! Au-delà, chaque kilo supplémentaire coûte 65 dollars! Autant dire que nous allons être vigilantes et devrons faire le deuil de quelques affaires!

Après un petit repas improvisé, nous nous apprêtons à passer notre nuit à l’aéroport mais l’espace nocturne réservé aux voyageurs n’est pas franchement confortable. Nous avons tout de même tenté de dormir à même le sol mais n’avons pas vraiment réussi! De plus à 4h30, nous avons dû débarrasser le plancher!

A 6h10 nous embarquons pour Auckland et à notre arrivée nous retrouvons Megan qui est venue nous chercher! Nous sommes ravies de la retrouver! Tout au long de la route jusqu’à Mission Bay, nous n’avons pas arrêté de parler 5 minutes! Une fois notre maison d’hôtes préférée retrouvée, nous faisons sans attendre quelques lessives et nous reposons une bonne partie de l’après-midi. Le soir nous cuisinons avec Dave et passons la soirée tous les quatre.

Le lendemain, nous allons au magasin avec Megan qui a tout prévu pour la réparation de notre vélo. Jason, le mécanicien, vient cette après-midi pour contrôler notre vélo et changer tous les rayons de la roue arrière. En attendant, nous l’aidons à sortir les vélos et mettre en rayons quelques articles! Bilan de Jason, la vis de maintien des plaquettes du frein avant les empêche de revenir correctement. Il nous faut donc en trouver une rapidement! Pour la roue arrière, il l’emmène chez lui car une partie du matériel nécessaire à la réparation est dans son atelier. En fin d’après-midi, nous faisons avec Megan la fermeture du magasin.

Le lendemain, nous avons une fois de plus un programme bien chargé. Megan nous a mis à disposition des vélos de son magasin que nous empruntons pour nous rendre à Auckland afin d’acheter cette fameuse vis et de trouver un cadeau pour Daï et Saki qui nous invitent pour le déjeuner.

Après ces quelques emplettes nous nous empressons de regagner Mission Bay pour déposer les vélos et prendre le bus pour Panmure.

Nous retrouvons donc Daï et Saki qui nous accueillent chaleureusement.

Après le repas, Daï traite Céline avec un peu d’acupuncture et des massages pendant que Saki m’enseigne l’art de l’Origami.

De Auckland_Dai_Saki
De Auckland_Dai_Saki
De Auckland_Dai_Saki

Ensuite, Saki me fait aussi une séance d’acupuncture afin que je sois en pleine forme pour le Népal! En fin de journée, ils nous ramènent sur Auckland où nous retrouvons Nick pour la soirée.

Ce dimanche, je profite d’une sortie vélo avec Megan et Cheryl pour faire mes deniers kilomètres en Nouvelle-Zélande.

De Auckland_Mission_Bay

Ensuite, avec Céline, nous passons un bon moment à trier et peser nos bagages pour être sûres de ne pas dépasser les quotas autorisés.

Afin de fêter notre départ, Doug et Denise viennent prendre l’apéritif. Nous en profitons pour les remercier pour le prêt de leur balance qui nous a été bien utile !

De Auckland_Mission_Bay

Pour finir la soirée, nous invitons Dave et Megan dans un restaurant agréable de Mission Bay.

De Auckland_Mission_Bay

Notre dernier jour sur Auckland est à l’image des 5 mois passés en Nouvelle-Zélande : très chargé !!! Megan nous consacre tout son temps et nous permet de récupérer notre vélo comme neuf. Encore merci à Jason, le mécanicien, pour son efficacité !

Un dernier au revoir à Dave et il est temps pour nous de nous rendre à l’aéroport.

Pas facile de quitter notre famille d’accueil néo-zélandaise qui nous a tant gâtées pendant tous ces mois.

Nous remercions une nouvelle fois Megan et Dave pour leur hospitalité et espérons les revoir très bientôt en France.

Un clin d’œil particulier à Dave pour avoir supporté 2 femmes de plus à la maison pendant tout ce temps 😉 !

(3 commentaires)

  1. Pierre et Pierrette

    Coucou,
    Bravo pour votre voyage et je vous félicite d’avoir pris le temps d’écrire tout ceci.
    Bise et bon courage pour le Népal. De notre côté, on quitte Christchurch bientôt pour l’Australie certainement avec les vélos car on arrive pas à les vendre. Bises

  2. Dominique Grail

    Bon c’est toujours un vrai plaisir de vous lire.
    Les photos sont magnifiques.
    Engrangez bien tous ces souvenirs inoubliables qui resteront à jamais dans votre mémoire.
    Bon courage à vous

  3. Philippe T

    Salut A.

    Je me régale avec votre blog. Les photos et les commentaires, tout est super!

    La Nouvelle-Zélande comme ça, c’est magique vu de l’autre bout du monde.

    Bonne route!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *