«

»

Mai 24 2013

10 jours d’arrêt forcé sur Bucarest!

Du 16 au 24 mai 2013

Alors que notre nuit à Dubaï a été bien écourtée à cause du retard de notre vol, ce matin, nous voilà en route pour la Roumanie !

Vous vous demandez sûrement pourquoi la Roumanie ?

La frustration de n’avoir pu rouler suffisamment pendant notre voyage et le fait d’avoir pris trop souvent l’avion nous ont encouragées à choisir une destination par laquelle nous pourrions rentrer en France en tandem!

C’est pourquoi nous avons choisi l’Euro vélo 6, un circuit pour cyclistes de 4 000 kilomètres environ.

De la Mer Noire jusqu’en France, nous allons donc traverser de nombreux pays d’Europe (la Roumanie, la Bulgarie, la Serbie, la Croatie, la Hongrie, la Slovaquie, l’Autriche, l’Allemagne, la Suisse) tout en longeant les plus grands fleuves d’Europe (le Danube, le Rhin, la Loire).

A notre arrivée à Bucarest, après avoir récupéré notre remorque (sans ses roues, celles-ci étant dans les cartons…), nous attendons nos bagages en vain. Après plus d’une demie-heure, une fois la totalité des bagages de l’avion en provenance de Dubaï déchargés, nous nous rendons au bureau des bagages perdus, un peu inquiètes…

La personne qui nous accueille nous explique que la compagnie low-cost que nous avons eu la bonne idée de choisir, ne livre pas les bagages perdus et que nous devrons donc venir les récupérer à l’aéroport. Impossible donc pour nous de nous rendre à Constanta dans la foulée. Un vol de Dubaï est censé arriver le lendemain et nous espérons donc que nos bagages auront leur place dans les soutes. Elle nous met à disposition Internet afin de chercher un logement sur Bucarest pour la nuit. Nous trouvons 2 auberges de jeunesse dont nous notons les adresses, puis descendons prendre le bus. Avant même de monter dans le bus, nous sommes alpaguées par un local que nous prenons pour un agent de la compagnie de bus et qui nous confirme qu’il s’agit bien du bus pour le centre-ville de Bucarest. Il nous dit qu’il vend les tickets et nous demande 10 lei. Ce n’est qu’un peu plus tard que nous comprenons qu’il s’agit en fait d’un sans-domicile fixe qui fait son business avec les touristes étourdis ou un peu naïfs comme nous !

Qu’à cela ne tienne, nous arrivons au centre-ville de Bucarest et partons à la recherche de notre auberge de jeunesse en portant tant bien que mal notre lourde remorque. En arrivant dans l’immeuble de l’auberge de jeunesse, nous nous demandons où nous allons atterrir ! 6ème étage, une porte d’appartement et immédiatement nous sommes plongées dans l’atmosphère de Cozyness Hostel !

De Bucarest
De Bucarest

Nous apprécions l’accueil de Marius, le gérant, l’originalité de la décoration, et l’ambiance détendue et agréable qui y règne. Nous réservons dans un premier temps pour une nuit, en espérant récupérer nos bagages dès le lendemain.

De Bucarest_Constanta

Dans la matinée, un appel à l’aéroport nous apprend qu’un carton et le sac jaune semblent avoir été retrouvés dans les dédales de l’aéroport de Dubaï mais que contrairement à ce que l’on nous a indiqué, il n’y a pas de vol avant dimanche. Nous réservons donc nos nuits jusqu’à dimanche.

Alors que nous nous apprêtons à visiter Bucarest avec les vélos pliants mis à disposition par Marius, A. souhaite jeter un coup d’œil à ses mails, malheureusement mauvaise nouvelle en France. Sa voiture vendue quelques jours plus tôt a fait l’objet d’un faux chèque de banque. Même s’il ne s’agit que de matériel c’est une très mauvaise nouvelle, d’autant plus que l’assurance ne prend pas en charge cet incident ne s’agissant pas d’un vol mais d’une escroquerie. Pour nous, il s’agit d’un vol par escroquerie, le véhicule étant fiché comme volé. Nous passons donc les jours suivants à gérer de nombreux appels vers la France et notamment vers nos relais (merci Lolo, Steph, Véro, Gilbert et Dany).

Sur le moment, nous pensons arrêter le voyage et rentrer immédiatement en France. Difficile de retrouver la motivation dans ces conditions. Mais le soutien de nos familles, nous encourage à continuer le voyage! Nous nous soutenons, digérons du mieux possible cette affaire, et prévoyons finalement de reprendre la route après l’arrivée de nos bagages.

Ces quelques jours d’arrêt forcé sur Bucarest nous ont permis de découvrir la ville et d’en apprendre un peu plus sur ce pays.

De Bucarest
De Bucarest
De Bucarest

[warning]Minute culture : Le palais du Parlement (en roumain, « Palatul Parlamentului ») (photo ci-dessus) abrite la chambre des députés et le sénat roumains. Avec sa surface habitable de 350 000 mètres carrés, il est l’un des plus grands bâtiments d’Europe avec le marché aux fleurs d’Aalsmeer (Pays-Bas) et le complexe de bureaux Cœur Défense situé dans le quartier de La Défense (France). Enfin, il est le plus grand bâtiment en pierre et le deuxième bâtiment le plus grand au monde après le Pentagone. D’abord appelé la maison du Peuple (« Casa Poporului »), il est rebaptisé palais du Parlement après la chute de Ceaușescu en 1989 et l’installation de la Chambre des députés en 1994. Les Roumains l’appellent encore souvent par son premier nom. Le palais a une surface au sol de 45 000 m² et 350 000 m² habitables. Il mesure 270 sur 240 mètres, pour une hauteur de 86 mètres. Il contient 1 100 pièces réparties sur 12 étages. Quatre niveaux supplémentaires en sous-sol sont actuellement accessibles et utilisés et quatre autres encore plus ou moins achevés. Sur une colline largement arasée, connue sous le nom de « Dealul Spirii », le palais s’élève à partir de 1984 dans un style néoclassique. Sa construction nécessite un million de mètres cubes de marbre extrait de la région de Rușchița en Transylvanie. Les travaux nécessitent la destruction de 520 hectares de la ville de Bucarest (1/5 de la superficie totale du centre historique de la ville, soit l’équivalent de 3 arrondissements de Paris), avec la démolition ou le déplacement d’une trentaine d’églises et de 7 000 maisons. Celle-ci entraîne l’expulsion et le relogement de 40 000 personnes dans des immeubles parfois insalubres, sans eau, ni gaz, ni électricité. Source Wikipédia[/warning]

De Bucarest
De Bucarest

Ci-dessus photo de la Place de la Révolution de 1989 qui vit tomber le règne de Nicolae Ceaușescu.

[warning]MINUTE CULTURE : République socialiste de Roumanie (Republica Socialistă România, ou RSR) était le deuxième nom officiel (utilisé de 1965 à 1989) de la Roumanie, durant la période où le pays fut gouverné par le Parti communiste roumain selon un régime dictatorial d’inspiration marxiste-léniniste.
Cet état a été créé, suite à l’occupation par l’Union soviétique, par l’effondrement du Royaume de Roumanie le 30 décembre 1947. Grâce à la présence de l’Armée rouge depuis le 12 septembre 1944, le coup d’État du 6 mars 1945, instaure le régime communiste, mais le pays ne prit le nom officiel de République populaire roumaine (Republica Populară Romînă, ou RPR) que le 30 décembre 1947, lors de l’abdication du roi Michel, pour changer de nom en 1965. L’ensemble de la période allant du 6 mars 1945 au 22 décembre 1989 est désignée sous le nom de Roumanie communiste ou de Roumanie « socialiste ». Se désignant comme une « démocratie populaire », la Roumanie demeura politiquement sur l’URSS jusqu’en 1964, date à laquelle elle affirma une position plus indépendante, tout en continuant de faire partie du bloc de l’Est. Ce régime s’effondra lors de la chute du bloc de l’Est, lorsque la révolution roumaine de 1989 mit un terme à la dictature communiste, et aux fonctions du président Nicolae Ceaușescu. Source Wikipédia[/warning]

Le dimanche, comme prévu, nous nous rendons à l’aéroport afin de récupérer le reste de nos bagages. Quel soulagement de voir que nos 2 cartons de vélos sont sains et saufs! Malheureusement, le sac jaune contenant une grande partie de notre matériel de camping n’a toujours pas trouvé place à bord des avions de notre super compagnie… Prochain vol lundi. Le lendemain donc, avant de nous déplacer, nous appelons le bureau des bagages perdus qui nous apprend que notre sac arrivera finalement mercredi… Soit avec une semaine de retard. Heureusement que notre voyage n’était pas trop court… Nous avions pris les choses avec philosophie jusque là, mais Céline finit par s’agacer en anglais contre l’opératrice qui n’y est pour rien !!!

Zen… zen… zen…, cela nous laisse 2 jours de plus pour visiter Bucarest et nous mettre à jour sur le blog…

Nous passons de bons moments à nous balader dans Bucarest et à profiter du calme et de la zenitude de l’auberge de jeunesse.

De Bucarest

Nous visitons la cave d’un restaurant mais n’avons pas le plaisir de goûter les bonnes bouteilles!

De Bucarest

Nous sympathisons aussi avec Madalina et Warren. Elle est roumaine, lui anglais. Ils sont bénévoles pour aider dans l’auberge de jeunesse en échange du logement. Ils ont tout 2 déjà beaucoup voyagé. Warren est arrivé d’angleterre en moto ! Ils envisagent prochainement de partir plusieurs mois en Inde tous les 2.

De Bucarest_Cozyness

Nous rencontrons également un jeune artiste hollandais qui réalise de superbes dessins et peintures. Nous lui demandons de nous croquer notre vélo :

De Bucarest_Cozyness
De Bucarest_Cozyness

Merci Stephan pour ce merveilleux souvenir ! Vous pouvez retrouver toutes ses œuvres sur son blog : Stepfan Bleekrode

Le mercredi, nous attendons le coup de fil de l’aéroport qui nous apprend que notre dernier sac est enfin arrivé ! En milieu d’après-midi nous récupérons enfin ce fameux sac jaune. Au retour nous en profitons pour aller chez le coiffeur et nous faire faire une nouvelle coupe courte!

Après une nuit très orageuse et un début de matinée très ventée où les pompiers ont dû intervenir de nombreuses fois dans la ville…

De Bucarest_Constanta
De Bucarest_Constanta

… nous allons réserver un billet de train pour Constanta mais malheureusement, le seul qui transporte les vélos est déjà complet. Notre vélo n’étant pas encore remonté, nous décidons finalement de tenter de prendre un bus le vendredi.

Fin de semaine, enfin prêtes à quitter la Cozyness Hostel, mais tout de même pas si simple car nous y étions vraiment bien, nous passons par la Poste pour renvoyer un colis de plus de 5 kilos vers la France, puis nous rendons à la gare routière afin de prendre le bus vers Constanta, notre point de départ en tandem.

De Bucarest_Constanta

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Laura

    Papa n’osera pas demander, mais je suis sûre qu’il rêve d’en savoir plus sur les vélos pliants qu’on vous a prêtés!!!
    Marque, taille des roues, modalités du pliage etc.

    Bises de Laura

  2. Celine

    Salut Laura,

    Merci pour ton petit commentaire qui arrive en retard ! En fait, il a déjà demandé lorsqu’il a fait le quiz pour savoir où nous étions !!!!
    😉

    Les vélos pliants étaient de marque Trinx, roues de 20 pouces… Pour le pliage, au milieu du cadre, la roue avant revenant sur la roue arrière…

    Bises et à bientôt !
    Céline et A.

  3. Leo de Christchurch

    Profitez bien de la route!

  4. Sèverine

    un petit bonjour de saint-émilion, on pense bien a vous bises sev , jean-luc ,max et mathis

  5. Olivier Collot

    Salut les filles,

    Alors en route pour l’Europe ? Je vous souhaite bon voyage avec tous mes encouragements.

    Bisous.

  6. Christiane Colomb

    Le bonjour de Bas-en-Basset, votre voyage est incroyable que de moments forts vous aurez vécus nous sommes admiratifs pour votre courage bises

  7. Buggi

    Hoi Celine and A.,
    my english is bad …
    so i say in German
    weiterhin eine gute Reise und immer 3Bar Luft im Reifen
    😉
    Grüße vom Biker Buggi
    http://buggi1966.blogger.de

    1. Buggi

      Bien de la Route
      🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *