«

»

Juin 06 2013

Le long du Danube en Roumanie

Du 28 mai au 6 juin 2013

Après cette journée de repos, il est un peu difficile de repartir. Les premiers kilomètres sont éprouvants mais après une petite demie-heure d’échauffement cela va mieux.

En chemin, nous passons par un petit village nommé Victoria alors nous avons une pensée pour notre amie Russe Victoria!

De Mahmudia_Rachelu

Et nous roulons à proximité de vignes et de champs de blé.

De Mahmudia_Rachelu

Puis nous regagnons Tulcea où nous faisons notre pause déjeuner au bord du lac.

De Mahmudia_Rachelu
De Mahmudia_Rachelu

L’après-midi passe assez vite et nous atteignons les 4 000 kilomètres!

Non sans difficultés! Et pour ceux qui pensent que l’Euro Vélo 6 c’est tout plat voici la preuve du contraire!!!

De Mahmudia_Rachelu

Mais cela ne nous empêche pas d’apprécier le paysage qui est le plus souvent agréable.

De Mahmudia_Rachelu
De Mahmudia_Rachelu
De Mahmudia_Rachelu
De Mahmudia_Rachelu

De temps en temps lors de traversée de villages les enfants sont plutôt joueurs!

De Mahmudia_Rachelu

Puis en fin de journée, au détour d’un chemin près de Rachelu, nous interrogeons les habitants d’une petite ferme afin de savoir si nous pouvons planter notre tente dans les environs. A priori, nous sommes libres de la planter où bon nous semble!

Après nous être éloignées de l’habitation, nous trouvons le terrain de camping idéal.

De Mahmudia_Rachelu
De Mahmudia_Rachelu

Mais avant de monter la tente, un peu de cuisine pour caler nos estomacs … et au moment d’égoutter les pâtes, la moitié tombe dans l’herbe !

De Mahmudia_Rachelu

Nous avons aussi acheté quelques cerises sur le bord de la route mais sommes obligées de les faire cuire avec un peu de sucre et d’eau pour les apprécier car elles ne sont pas toutes assez mûres!

Ce soir, le sommeil tarde à arriver car les aboiements de chiens à proximité de la tente se relaient ! Afin de les éloigner nous crions par la fenêtre de la tente ! Cela s’avère efficace.

Le lendemain, le temps est plutôt mitigé. Même si le vent souffle assez fort et que nous l’avons toujours de face, celui-ci n’est pas suffisant pour chasser les nuages !

Nous traversons le Danube avec un bac…

De Rachelu_Tufesti
De Rachelu_Tufesti

… puis ensuite des paysages bordés de champs immenses, d’usines désaffectées, de bâtiments abandonnés nous accompagnent…

De Rachelu_Tufesti
De Rachelu_Tufesti

… puis finalement une porcherie sur plus de 5 kilomètres ! L’odeur désagréable nous fait accélérer la cadence malgré les nombreux kilomètres de la journée.

Après un village qui n’en finit pas, nous trouvons finalement un emplacement pour dormir derrière quelques plans de vignes.

Au moment de mettre la bâche afin de préparer le repas, nous apercevons un couple de roumains qui travaillent dans le champ d’à côté. Céline tente de se faire comprendre et leur demande s’il est possible de rester ici pour la nuit. Le couple paraît surpris mais cela ne semble pas poser de problème ! Après le repas, piquées par les moustiques et craignant l’orage, nous montons rapidement la tente. Effectivement, au grand dam de Céline, le tonnerre gronde une bonne partie de la nuit !

Au petit matin, nous levons le camp sans tarder car la pluie menace à nouveau.

De Tufesti_Ghindaresti
De Tufesti_Ghindaresti

Nous repartons dans le chemin très boueux et faisons une belle chute dans une flaque !

De Tufesti_Ghindaresti
De Tufesti_Ghindaresti

Ensuite, nous reprenons la route mais nous apercevons que nous ne sommes plus tout à fait sur l’Eurovélo 6 mais sur un chemin de traverse!

En fait, la veille à la sortie du bac, nous avons emprunté la mauvaise direction… Nous l’apprécions cependant car cela nous permet de découvrir un autre visage de la Roumanie.

Nous faisons la course avec une charrette tirée par un superbe cheval.

De Tufesti_Ghindaresti

Peu après, la pluie s’invite et nous roulons avec une bonne partie de la journée. En fin d’après-midi, le soleil retrouvé…

De Tufesti_Ghindaresti

… nous plantons notre camp derrière une petit butte surplombant le Danube et assistons à un joli coucher de soleil!

De Tufesti_Ghindaresti
De Tufesti_Ghindaresti

Nous apprécions particulièrement cet emplacement mais comme chaque soir, les moustiques nous contraignent à rentrer tôt sous la tente…

Le lendemain matin, nous prenons notre temps et ne partons qu’en milieu de matinée car nous ne pensons faire qu’une cinquantaine de kilomètres.

De Ghindaresti_Ion_Corvin
De Ghindaresti_Ion_Corvin

Céline en profite pour faire quelques photos des chardons en fleur et petits insectes en tout genre!

De Ghindaresti_Ion_Corvin
De Ghindaresti_Ion_Corvin

Puis nous rejoignons le parcours de l’Eurovélo 6, passons à proximité de nombreuses ruches et même au milieu d’un nuage d’abeilles.

De Ghindaresti_Ion_Corvin

Nous en ressortons indemnes, mais, alors que nous continuons notre chemin…

De Ghindaresti_Ion_Corvin
De Ghindaresti_Ion_Corvin
De Ghindaresti_Ion_Corvin

… d’un coup, plus de route ! Celle-ci s’est complètement effondrée probablement suite à un glissement de terrain.

De Ghindaresti_Ion_Corvin
De Ghindaresti_Ion_Corvin

Nous sommes contraintes de faire demi-tour et d’emprunter un chemin très pentu qui nous oblige à pousser le vélo sur quelques centaines de mètres. Saines et sauves, nous avons pourtant hâte de trouver refuge pour la nuit mais aucune pension aux environs. Deux solutions s’offrent à nous : revenir sur nos pas de 10 kilomètres ou rouler encore 30… Même si nous sommes déjà fatiguées, nous choisissons la seconde option.

Cette rallonge nous permet de passer une fois encore au milieu de vignobles immenses…

De Ghindaresti_Ion_Corvin

de surplomber le Danube…

De Ghindaresti_Ion_Corvin

et de passer à proximité de paysages variés..

De Ghindaresti_Ion_Corvin

Malgré la difficulté du parcours de la journée et le frein avant qui coince un peu car il a mal supporté la boue de la veille, nous arrivons à Ion Corvin autour de 19 heures ! Nous sommes ravies de découvrir une petite pension très agréable où nous allons rester 2 nuits. Le coin cuisine me permet de préparer des petits plats un peu plus évolués que d’habitude.

Le lendemain, nous prenons le petit déjeuner à la Roumaine, crudités, charcuterie, fromage, oeufs… puis profitons de notre journée de repos pour classer nos photos et publier l’article sur Bucarest.

Dans l’après-midi, nous faisons connaissance de Ralf, un nouveau pensionnaire également cycliste qui en est presque à la fin de son périple. Du coup, il nous prête ses 3 guides de l’Eurovélo 6, de la Mer Noire à Vienne. Nous sommes ravies, car même s’ils sont en allemands, ces livres de route sont vraiment pratiques. Ils présentent les cartes détaillées des différents parcours possibles ainsi que les lieux d’hébergement tout au long du parcours.

Comme après chaque journée de repos, il est toujours un peu difficile de repartir, d’autant plus qu’avant le départ, nous devons gérer notre problème de frein avant dont les pistons restent coincés.

Aujourd’hui de nombreux secteurs de route sont pavés ce qui accentue bien la difficulté !

De IonCorvin_Calarasi

Nous passons à proximité d’immenses vignobles et de nombreux vergers.

De IonCorvin_Calarasi
De IonCorvin_Calarasi

Nous faisons une petite pause sur le bord de la route afin d’acheter un kilo de cerises !

De IonCorvin_Calarasi

Au moment de repartir, nous en avons déjà mangé plus de la moitié !!!

Puis peu avant de prendre le bac afin de traverser une nouvelle fois le Danube, nous longeons la frontière Bulgare.

De IonCorvin_Calarasi

Ce soir, nous faisons escale à Calarasi dans une pension et nous rendons dans un charmant petit restaurant.

De IonCorvin_Calarasi

Vers 10h le lendemain, nous quittons Calarasi et passons une nouvelle fois à côté d’usines désaffectées.

De Calarasi_Oltenita
De Calarasi_Oltenita
De Calarasi_Oltenita

Nous sommes peinées par ce spectacle. Les paysages de la journée ne sont pas extraordinaires et nous traversons de nombreux villages…

De Calarasi_Oltenita
De Calarasi_Oltenita

… avant de rejoindre Oltenita où nous avons la chance de rencontrer Elena !

De Calarasi_Oltenita

Nous sommes reçues par cette mamie Roumaine comme des princesses ! Elle nous offre le repas et un lit pour la nuit.

De Calarasi_Oltenita
De Calarasi_Oltenita

Attention la bouteille rouge n’est pas une bouteille de cola mais du vin maison. Ici on récupère toutes les bouteiles même les bouteilles d’eau pour mettre de la gnole et c’est parfois trompeur! Demandez à Céline qui en a fait l’expérience!

Nous passons une soirée agréable en sa compagnie, parlons à son fils par téléphone et faisons la connaissance de sa fille.

De Calarasi_Oltenita

Nous nous comprenons comme nous pouvons, quelques mots d’espagnol, quelques mots de roumains ou d’anglais…

Au petit matin, Elena nous a préparé un petit déjeuner à la Roumaine et des beignets aux oeufs et au fromage.

De Oltenita_Giurgiu

Sa voisine Marietta nous apporte le café. Même si je n’en bois pas habituellement, j’en apprécie aujourd’hui l’arôme ! Heureusement car en plus du mien, je dois également boire celui de Céline ! Ensuite, nous allons chez Marietta, admirons son immense jardin et cueillons de belles cerises.

De Oltenita_Giurgiu
De Oltenita_Giurgiu

Nous repartons d’Oltenita chargées de plusieurs pots de confiture maison que nous a donnés Marietta et de nombreux légumes du jardin de Elena. Nous sommes ravies et touchées par ces rencontres. Nous avons vraiment apprécié la gentillesse et la générosité d’Elena et de son entourage.

De Oltenita_Giurgiu

Mais aujourd’hui, nous sommes pressées d’arriver à Girugiu car nous avons rendez-vous à 18h avec Warren et Madalina !

De Oltenita_Giurgiu
De Oltenita_Giurgiu

Nous pédalons vite mais profitons quand même de notre route pour admirer les cigognes. Depuis le début de notre parcours sur l’Eurovélo 6, nous voyons tous les jours des dizaines de cigognes.

De Oltenita_Giurgiu

[warning]MINUTE CULTURE : La Cigogne blanche est une grande espèce d’oiseau échassier de la famille des Ciconiidés. Son plumage est principalement blanc, avec du noir sur les ailes. Les adultes ont de longues pattes rouges et un bec rouge long et droit, et mesurent en moyenne 100 à 115 cm du bout du bec au bout de la queue, avec une envergure comprise entre 155 et 215 cm. La Cigogne blanche a un régime carnivore et consomme un large éventail de proies animales : insectes, mollusques, divers autres invertébrés, poissons, amphibiens, reptiles, petits mammifères et petits oiseaux. Elle trouve la plupart de sa nourriture au sol, parmi la végétation basse, et dans l’eau peu profonde. Source wikipédia. En savoir plus sur les cigognes. [/warning]

Dans de nombreux villages, quelques poteaux électriques sont aménagés avec une plate-forme afin de permettre aux cigognes de construire leur nid. Ces derniers jours, en plus des cigognes, nous avons vu de jolis petits cigogneaux pointer leurs becs dans les nids !

De Calarasi_Oltenita

Ces nids sont de vrais HLM à oiseaux !!! De nombreux moineaux profitent en effet du nid de la cigogne pour construire leurs petits nids.

[warning]MINUTE CULTURE : La cigogne blanche est monogame mais les partenaires ne s’apparient pas pour la vie. Ils construisent un grand nid de branches qui peut être utilisé pendant plusieurs années. Chaque année la femelle pond généralement quatre œufs, qui éclosent de manière asynchrone, 33 ou 34 jours après la ponte. Les deux parents se relaient pour l’incubation des œufs et le nourrissage des jeunes. Les jeunes quittent le nid 58 à 64 jours après l’éclosion, et continuent d’être nourris par les parents durant 7 à 20 jours supplémentaires. Source wikipédia. En savoir plus sur les cigognes. [/warning]

Cigognes

A notre arrivée à Giurgiu, il est à peine 17h. Nous prenons le temps de faire quelques étirements au calme avant de rejoindre nos 2 amis qui arrivent en moto. Warren a réservé la surprise à Madalina et c’est très amusant de voir sa tête lorsqu’elle nous voit ! Ayant de la famille à Girugiu, Madalina passe un simple coup de fil, et nous voilà tous hébergés pour la nuit !

Nous sommes accueillies par sa tante qui nous trouve immédiatement un emplacement sûr pour notre vélo ainsi que pour la moto de Warren. Le soir, son oncle se fait un plaisir de nous guider à travers la ville et de nous accompagner au restaurant !

De Oltenita_Giurgiu

Nous passons une super soirée autour d’une immense table dans une salle rien que pour nous.

De Oltenita_Giurgiu

Quelques verres de blanc plus tard, il est près de 2h du matin lorsque nous rentrons nous coucher !

De Oltenita_Giurgiu

Au réveil, un nouveau petit déjeuner à la Roumaine nous attend !

De Giurgiu_Ruse
De Giurgiu_Ruse

Avant de partir, nous faisons essayer le tandem à Madalina qui n’avait pas eu l’occasion de le tester sur Bucarest,

De Giurgiu_Ruse

capturons quelques photos souvenirs de son oncle et sa tante,

De Giurgiu_Ruse

et de sa grand-mère…

De Giurgiu_Ruse

et admirons le chargement sobre de la moto de Warren !

De Giurgiu_Ruse

Puis nous prenons la route pour nos derniers kilomètres en Roumanie, rejoignons la frontière où nous croisons encore quelques chiens errants…

De Giurgiu_Ruse

puis passons la frontière à vélo au-dessus du Danube pour rejoindre la Bulgarie !

De Giurgiu_Ruse
De Giurgiu_Ruse
De Giurgiu_Ruse
De Giurgiu_Ruse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *